Qui sommes-nous ? / ¿Quiénes somos?

3 bonnes raisons de partir avec Aymeric

1/ Aymeric est un voyageur, au sens kerouaquien du terme : ce qui compte dans un voyage ce n’est pas où vous êtes ni ce que vous faites mais ce que vous sentez et vivez (oui c’est un poil cliché, parfois presque énervant mais terriblement accommodant dans les moments difficiles). Le voyage c’est avant tout les rencontres que l’on fait et le partage qui en naît.

Il a parcouru l’Amérique du Sud pendant un an sous couvert de plusieurs casquettes : voyageur, étudiant, boulanger, cultivateur de café, expérimentateur de rituels locaux, aventurier, artisan des marchés, dormeur, fêtard et grand lecteur.

2/ Aymeric est philosophe. Il sait donc raisonner ce qui lui permet de se tirer de toutes les situations, même les plus difficiles. Curieux de tout il lit beaucoup pour toujours mieux avoir réponse à tout.

Mais aussi grand lecteur de mes poètes préférés il peut vous réciter quelques sonnets (certes en Français, mais Neruda fait partie de sa bibliothèque).

3/ Aymeric est confiant. Et quand on démarre un projet comme celui-là, c’est important.

Un bémol toutefois, il n’a pas fait d’étude d’ingénieur et pour réparer une camionnette, nous ne serons pas trop de deux pour nous casser la tête.

Mahaut

Mahaut,

Le prénom déjà vous fait rêver. En un coup d’elle, et vous voici La-haut.

Mais trêve de calembours. Reprenons notre esprit.

Un projet, à bien y regarder, ce n’est pas grand chose quand ça vous sort de la tête : une petite idée branlante, chétive, et aussi mignonne qu’elle pourrait être ridicule. Et tout pourrait s’arrêter là. Mais pour d’une petite idée faire un grand projet, il faut y verser autant de passions que de volonté.

(Le propos peut sembler déplacer. Ne suis-je pas seulement censé la présenter ? Sûrement que si, mais il me faudrait autant de pages qu’elle a de peau. Alors autant vous la faire découvrir succinctement avec des mots en désordres et quelques images.)

Que disions-nous déjà? Ah oui ! De la passion et de la volonté. Et bien tant mieux, puisque Mahaut en est pétrie. Tentez de vous représenter l’orage capable de choisir ou faire frapper sa foudre. Ou bien la mer, qui saurait précisément où faire éclater le tumulte de ses vagues. Versez une âme humaine dans la sublime majesté de la nature et donnez lui un nom. Ça y est, nous commençons à lever le voile.

S’il est vrai que les yeux sont les fenêtres de l’âme, alors son sourire doit être le reflet de son coeur. On y trouve le goût de l’aventure, de la grandeur et de l’espieglerie, des mots de tous les horizons, un espagnol des plus doux à entendre, une invitation au voyage, au partage, ou bien à un café, et puis aussi l’envie de danser, de la détermination, de l’esprit, la bougeotte, des tomates cerises, et tellement de livres qu’on pourrait y suspendre ses jardins.

Il n’est pas aisé de faire de quelqu’un un portrait qui lui ressemble. Brune, 1m70, souriante. Certes, avec ceci vous pourriez la reconnaître. Mais y-a-t-il vraiment des mots qui permettrait de la connaître ?

En me dédouanant de ma piètre capacité à faire une présentation par cette reflexion digne des comptoires les plus zingués de l’hexagone, je terminerais en vous disant que le meilleur moyen de savoir qui nous sommes, c’est encore de venir nous rencontrer !

Americalement vôtre,

Aymeric

Pour une présentation un peu plus classique :

Aymeric – 25 ans – étudiant en philosophie. A travaillé pendant un an et demi dans la levée de fonds auprès des particuliers pour des ONGs telles que Handicape International, UNICEF, Amnesty International.

Mahaut – 25 ans – diplômée du CELSA en management de la communication. A travaillé pendant deux ans en gestion de projet à Bibliothèques Sans Frontières.

Publicités